Menu
.
Actualités
Voir toutes les actualités

Fiscalité immobilière

L’INVESTISSEMENT IMMOBILIER ET SA FISCALITE

La première démarche de l’investisseur immobilier doit être de trouver une affaire rentable. La notion de rentabilité est évidemment très variable et dépend souvent du profil même de l’investisseur, de sa situation et de son appréciation personnelle.

Un acheteur immobilier ayant beaucoup de liquidités et payant beaucoup d’impôts sera souvent assez tenté d’aller vers des solutions de « défiscalisation » sans parfois se soucier de la rentabilité, la fiscalité étant le premier argument mis en avant par les vendeurs de ce type de solution.

Une telle approche me semble trop réductrice car si la fiscalité est très importante, elle vient toujours en second après le choix essentiel du bien immobilier.

Cela dit, après avoir trouvé la bonne affaire, il importe évidemment de se soucier de son mode d’exploitation (location nue, location meublée, colocation, location courte durée, etc) pour anticiper le régime fiscal qui lui sera applicable (revenus fonciers, micro-BIC, ,BIC, IS, etc).

Et là, pas de place pour l’improvisation : l’investisseur avisé qui va utiliser à plein l’effet de levier bancaire s’engage sur 15, 20, 25 ans voire même plus, et un mauvais choix de départ peut être désastreux.

Une étude précise s’impose pour éviter de payer trop d’impôts.

PAYEZ-VOUS TROP D’IMPÔTS ?

L’une des premières questions que me posent mes clients investisseurs est : comment gagner de l’argent avec l’immobilier sans payer trop d’impôts ?

A cette question, il y a autant de réponses que d’investisseurs et même que de projets immobiliers : une personne faiblement imposée pourra générer du revenu foncier avec  un petit achat, sans trop se poser de questions si l’objectif n’est pas de multiplier les achats.

Au contraire, une personne ayant de confortables revenus professionnels et désireuse d’acheter un immeuble de rapport déjà loué en nu voudra éviter que des revenus fonciers soient taxés dans sa tranche marginale d’imposition, sans oublier les prélèvements sociaux à 17,2 % qui peuvent générer une taxation de près de 60 % : c’est possible, à condition de prépare l’aspect fiscal du projet à l’avance.

Je vous aide sur tous ces aspects en vous proposant des consultations et des solutions adaptées au cas par cas, mon expertise d’avocat étant doublée de mon expertise d’investisseur immobilier.

 

Contactez-moi

Consultez également